Communiqué de presse de l’équipe juridique d’Extinction Rébellion Suisse
Zurich, 8 octobre 2021, 14h15

Zurich: des passants interpellés pour avoir simplement arboré le symbole de l’extinction

La rébellion contre l’extinction à Zurich a été marquée par une répression policière démesurée, s’étendant à des personnes n’ayant commis aucun acte illégal. Les droits humains fondamentaux ont été bafoués de façon répétée cette semaine.

Depuis lundi à Zurich, des citoyennes et citoyens demandent au Conseil fédéral de déclarer l’urgence climatique et écologique et d’agir en conséquence. Ces personnes s’asseoient sur la route, prêt·es à être arrêté·es pour cela. Au total, près de 200 personnes ont été arrêté·es pour avoir dit la vérité sur l’urgence climatique et écologique. 

Exemples de violations légales :

  • Arrestations arbitraires et mises en garde-à-vue de personnes isolées qui ne participaient pas à une action, mais avaient reçu précédemment une interdiction de territoire de 24 heures, arrivée à expiration
  • Interdiction de territoire de toute personne semblant être liée à la Rébellion contre l’Extinction. Une mesure similaire a été jugée inconstitutionnelle au Royaume-Uni en 2019. C’est ce que la Cour européenne des droits de l’homme appelle un “chilling effect” : Intimider les gens de manière à ce qu’ils ne revendiquent même pas leurs droits fondamentaux.
  • Intervention à la gare centrale, où des personnes rassemblées pacifiquement ont été encerclées sans avertissement et des interdictions de territoire ont été prononcées à leur encontre.
  • Au moins une personne non liée à la rébellion a été placée en détention pendant toute une nuit simplement pour avoir regardé la manifestation.

Extinction Rebellion est un mouvement international de désobéissance civile non-violente, présent dans plus de 70 pays depuis 3 ans, et ayant reçu le soutien public de nombreuses personnalités telles que le Directeur Général de l’OMS Dr. Tedros Adhanom, ou le prix Nobel Jacques Dubochet. Les habitants de Zurich risquaient pourtant cette semaine la garde-à-vue pour exprimer eux aussi leur soutien.

Les droits fondamentaux d’expression et de réunion existent précisément pour permettre à la société d’évoluer avec son temps. Non seulement les institutions suisses ne sont pas capables de gérer la crise climatique, mais elles vont jusqu’à bafouer les droits humains pour protéger leur immobilisme.Thomas Guibentif, porte-parole de l’équipe juridique de la rébellion

Votre contact:

Thomas Guibentif, Porte-parole de l’équipe juridique de la rébellion
077 476 92 41

rga-legal@riseup.net

Plus d’informations

Facebook | Instagram | Twitter  

#ExtinctionRebellionCH
Programme officiel de la rébellion